Blog
L’appel à l’action de Kigali au Congrès des aires protégées d’Afrique de l’UICN : Déclaration de la délégation Afrique de RRI
L'INITIATIVE DES DROITS ET RESSOURCES
05 .08. 2022  
7 minutes de lecture
Partager
    •   En juillet, une délégation de RRI a participé au tout premier Congrès des aires protégées d’Afrique (APAC) de l’UICN au Rwanda. Notre délégation comprenait des leaders et des défenseurs autochtones et communautaires de la République du Congo, de la RDC, du Liberia, du Cameroun et du Kenya.
    •   En plus de prononcer trois discours principaux et de participer à des tables rondes tout au long de la semaine, RRI a organisé deux événements parallèles très suivis et a lancé une vidéo sur la conservation communautaire. Chaque activité a souligné le besoin urgent pour les gouvernements et les acteurs de la conservation de reconnaître les droits des peuples autochtones et des communautés locales à posséder, gérer et conserver leurs territoires afin d’aider à atteindre les objectifs de conservation mondiaux.
    •   L’APAC a marqué un moment crucial dans l’élaboration du programme de conservation de l’Afrique et a abouti à l’Appel à l’action de Kigali. Vous trouverez ci-dessous la réponse de notre délégation à cet appel.

La délégation de RRI au tout premier Congrès des aires protégées d’Afrique de l’UICN (APAC) apprécie la reconnaissance et l’espace sans précédent accordés aux peuples autochtones et aux communautés locales (PA et CL) lors de cet événement historique. L’inclusion tant attendue des voix autochtones dans les décisions concernant leurs terres ancestrales est un changement bienvenu par rapport au passé.

Tout d’abord, nous sommes heureux de constater que plusieurs recommandations formulées par les participants de la PA et de la CL à l’APAC ont été intégrées dans l’Appel à l’action de Kigali. Il s’agit notamment de la sécurisation de la tenure et des droits et responsabilités qui y sont associés comme condition préalable à une « conservation juste, » et de la création d’un mécanisme de règlement des griefs pour faciliter la résolution des conflits et rétablir la confiance des communautés locales.

Cela dit, si l’appel reconnaît la nécessité de « reconnaître, respecter, admettre et soutenir les droits et l’identité des autorités de gouvernance coutumière et des détenteurs de droits, y compris les femmes et les jeunes, ainsi que les personnes vulnérables, » il n’appelle pas explicitement à une tenure collective comme moyen de parvenir à une meilleure conservation.  Elle n’appelle pas non plus à une approche de la conservation dirigée par les communautés. Cela suggère que les gouvernements participants et les agences de conservation qui les soutiennent restent bloqués dans un partenariat qu’ils proposent de diriger. Cela ne fait pas écho aux mouvements plus larges de dévolution de la gouvernance des ressources naturelles, dans lesquels les États et les bailleurs de fonds soutiennent les communautés dépendantes de la terre en tant que leaders de première ligne de la conservation et reconnaissent et respectent les aires conservées par les communautés de tous types.

La conservation pratiquée par les peuples autochtones reposant sur des systèmes de tenure collective, les gouvernements doivent légitimer ces types de systèmes pour protéger les territoires détenus par les communautés contre la fragmentation et la perte de biodiversité. Les pressions accrues exercées sur les terres et les ressources par la croissance démographique et la diversification des investissements fonciers signifient que la poursuite de l’objectif de biodiversité 30×30 entraînera inévitablement des expulsions massives de PA et de CL de leurs territoires si l’expansion des aires protégées détenues et gérées par l’État continue de reposer sur leur dépossession. L’inclusion ne suffit donc pas. 

Nous devons repenser fondamentalement les modèles de conservation à tous les niveaux, en commençant par garantir les droits fonciers et respecter les zones conservées par les communautés. 

 

Deuxièmement, l’appel à l’action ne reconnaît pas pleinement les violations actuelles des droits de l’homme sanctionnées et/ou financées par les grandes organisations de conservation et les gouvernements. Ces acteurs continuent de suivre des modèles dépassés de « conservation forteresse » en Afrique et ailleurs, et lors de l’APAC, les représentants autochtones et communautaires ont clairement indiqué que ces injustices ne font pas partie du passé. Des Ogiek du Kenya et des Maasai de Tanzanie aux Baka du Cameroun et aux Batwa d’Ouganda, les communautés continuent de lutter contre les expulsions violentes dues à l’insécurité des droits et de la propriété foncière. Nous ne pouvons pas réparer les injustices historiques tant que nous ne reconnaissons pas les causes profondes de ces injustices.

Afin de corriger ces erreurs, les dirigeants de l’APAC doivent s’inspirer de la Déclaration de Kigali des peuples autochtones et des communautés locales d’Afrique lancée à l’APAC.

Ils devraient également se référer aux autres déclarations majeures des IP et LC publiées dans la période précédant l’APAC : La déclaration de peuple à peuple à Laboot et la déclaration des IPLC avant l’APAC à Nairobi, qui proposent des actions concrètes pour garantir que l’appel à l’action de Kigali soit mis en pratique.

Troisièmement, nous nous félicitons de l’appel lancé aux donateurs pour qu’ils financent directement des initiatives visant à renforcer la gouvernance, la gestion des ressources et la participation directe des peuples autochtones, des communautés locales, des femmes et des jeunes. Cependant, cela doit inclure la mise en place de mécanismes de responsabilité pour s’assurer que ces communautés, et en particulier les femmes qui les composent, ne soient pas laissées pour compte.

Les femmes des communautés autochtones et locales ouvrent une voie durable pour la conservation, et les bailleurs de fonds doivent le reconnaître en garantissant un financement de la conservation qui tienne compte du genre. 

 

Pour y parvenir, les donateurs doivent s’éloigner des systèmes de subvention traditionnels. Les fonds d’investissement récemment lancés—le fonds fiduciaire A-PACT et le programme NatureAfrica—sont un début ; ils donnent aux pays africains l’occasion de prendre davantage le contrôle et de remplacer les modèles de conservation dirigés par l’Occident par ceux guidés et mis en œuvre par les communautés du continent. Mais ces fonds doivent d’abord être conçus de manière à être pertinents et appropriés pour les PA et les CL, en particulier les femmes et les jeunes. À cet égard, les donateurs peuvent s’inspirer de CLARIFI, un nouveau mécanisme de sous-financement lancé par RRI et Campaign for Nature qui alloue directement des fonds aux organisations existantes des PA, des CL et des femmes, plutôt que de mettre directement en œuvre des projets.

Enfin, nous soutenons fermement les aires de conservation des peuples autochtones et des communautés (ICCA), qui constituent une alternative efficace et éprouvée à l’héritage négatif des aires protégées détenues et gérées par l’État. L’appel à l’action mentionne la nécessité « d’identifier et de reconnaître toutes les zones sous la garde des autorités de gouvernance qui répondent à la définition d’autres zones de conservation efficaces (OECM), et de chercher à les inclure et à les soutenir dans les systèmes nationaux, après le consentement libre, préalable et éclairé de leurs gardiens. »

A l’APAC, nous avons entendu les demandes des groupes PA et LC pour que tous les types d’aires conservées par les communautés reçoivent un soutien fort afin de leur accorder le même type de base juridique solide que celui accordé aux aires protégées traditionnelles. 

 

La visibilité sans précédent accordée aux PA et aux CL à l’APAC est un début encourageant—mais que cela ne soit pas la fin. Avec ce rassemblement, les dirigeants de l’APAC ont débloqué de nouvelles opportunités pour soutenir la solidarité panafricaine des PA et des CL en faisant progresser les efforts de conservation de la région. Nous espérons que les dirigeants de l’APAC vont maintenant capitaliser sur les nouvelles connexions forgées lors du Congrès, notamment en soutenant un mécanisme régional panafricain pour renforcer la capacité des organisations de PA et de CL à mener la conservation à grande échelle.

Pour voir les détails complets de nos engagements à l’APAC, visitez cette page. Pour toute question ou commentaire, veuillez envoyer un courriel à Kendi Borona.

 

Vous souhaitez recevoir des notifications sur les nouveaux articles du blog ? Abonnez-vous au blog: La terre écrit maintenant pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception.

Abonnez-vous à ce blog
Pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception
Abonnez-vous maintenant !
Inscrivez-vous à la liste de diffusion de RRI
pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception
Abonnez-vous maintenant !
S'abonner au Digest sur la parité entre hommes et femmes
pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception
Abonnez-vous maintenant !