Blog
Appel à l’action: Le financement climatique intégrant la dimension du genre ne doit pas laisser de côté les femmes leaders des communautés autochtones, afro-descendantes et locales
L'INITIATIVE DES DROITS ET RESSOURCES

RRI appelle les bailleurs de fonds internationaux et les gouvernements à donner la priorité au financement des organisations de femmes qui ont été historiquement exclues des processus décisionnels ainsi que de la conception et de la mise en œuvre des programmes et des instruments financiers qui les concernent.

07 .03. 2022  
7 minutes de lecture
Partager

La promesse historique de 1,7 milliard de dollars faite à la COP26 de la CCNUCC à Glasgow par les gouvernements et les bailleurs de fonds pour soutenir les peuples autochtones et les communautés locales est un pas dans la bonne direction, mais des fonds bien plus élevés sont nécessaires. Il est impératif que le financement climatique pour la conservation mondiale et l’atténuation de la perte de biodiversité atteigne pleinement les communautés – et les femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales – qui font le plus gros du travail de protection et de restauration de nos paysages.

À l’occasion de la 66e Commission de la condition de la femme des Nations unies (CSW66), l’intégration de la perspective de genre dans les politiques et programmes relatifs au changement climatique et à la réduction des risques environnementaux et de catastrophe occupe une place centrale. Le financement de la lutte contre le changement climatique ne doit pas rester aveugle aux contributions inestimables que les femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales apportent à l’atténuation du changement climatique, à la préservation des connaissances traditionnelles, au renforcement de la justice de genre et au soutien des mouvements de défense des droits humains et fonciers. En retour, ce financement doit également s’efforcer de prévenir et d’atténuer les impacts négatifs des initiatives climatiques sur la vie des femmes et de leurs communautés.

En 2016, l’Organisation économique intergouvernementale (OCDE) a constaté que près de US$10 milliards de dollars étaient destinés aux organisations de la société civile (OSC) luttant pour la justice de genre.

Pourtant, seulement 8 % de ces fonds ont atteint les OSC travaillant dans les pays en développement, et seule une fraction serait allée directement aux organisations de base de défense des droits des femmes.

 

En fait, les organisations de femmes autochtones n’ont reçu que 0.7 % de tous les financements enregistrés en matière de droits humains entre 2010 et 2013, alors qu’elles utilisent, gèrent et conservent des territoires communautaires qui représentent plus de 50 % des terres de la planète et font vivre jusqu’à 2,5 milliards de personnes. Lorsque des ressources parviennent aux organisations de femmes autochtones, elles sont généralement à petite échelle et à court terme.

Les études mondiales et régionales portant sur l’accès des femmes à ce financement font défaut, et les données sont pratiquement inexistantes pour les organisations de femmes afro-descendantes et des communautés locales dans le Sud, ce qui donne une image sombre en termes de financement des organisations de base de femmes en général.

Les femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales sont confrontées à un large éventail complexe de violations systémiques des droits humains qui se renforcent mutuellement. Ces violations agissent ensemble pour limiter leur autodétermination et leur contrôle des ressources naturelles, le tout sous l’influence de structures de pouvoir patriarcales et de multiples formes de discrimination et de marginalisation fondées sur le genre, la classe, la race, l’origine ethnique, les coutumes et le statut socio-économique.

Alors, que peuvent faire différemment les organisations de femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales ? Et en se joignant à la célébration de la Journée internationale de la femme et à la campagne #BreakTheBias (briser les préjugés), comment les gouvernements, les bailleurs de fonds et les alliés peuvent-ils reconnaître et soutenir les contributions inestimables de ces femmes apportent à leurs communautés et à la réalisation des objectifs mondiaux en matière de développement et de climat ?

 

L’importance culturelle, économique et spirituelle de la terre, du territoire, de l’eau et des ressources naturelles est au cœur de ce que signifie être une femme autochtone, afro-descendante ou d’une communauté locale. Les organisations de base de femmes travaillent à l’intersection de l’égalité et de la non-discrimination, de la justice environnementale, de la propriété foncière et forestière et des droits aux moyens de subsistance, autant d’éléments nécessaires à l’atténuation du changement climatique à l’échelle mondiale.

Nous appelons les bailleurs de fonds internationaux et les gouvernements à donner la priorité au financement des organisations de femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales – y compris leurs droits humains, leurs droits fonciers et leurs programmes de développement – qui ont historiquement été exclues des processus de prise de décision ainsi que de la conception et de la mise en œuvre des programmes et des instruments financiers qui les concernent.

Pour renforcer l’autonomisation des femmes dans le monde entier, les gouvernements et les donateurs doivent agir en faveur de l’égalité et de la justice entre les sexes pour briser les préjugés (#BreakTheBias) et rendre de toute urgence les financements disponibles et accessibles aux organisations de femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés localesdans les pays du Sud, qui ont été historiquement sous-soutenues et sous-financées.

En particulier, nous demandons le financement des initiatives suivantes en partenariat avec des organisations et des initiatives économiques de femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales :

    • Sécuriser les droits fonciers des femmes à la terre, à la forêt et à l’eau en aidant à améliorer et/ou à créer des réformes et des actions politiques sensibles au genre et en coordonnant les plateformes de plaidoyer pour la sécurité alimentaire et les droits des femmes aux ressources.
    • Renforcer la formation et les capacités de leadership des femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales en encourageant le partage des connaissances entre les femmes autochtones âgées et les jeunes des communautés.
    • Établir et appliquer des mécanismes de sauvegarde pour renforcer l’autonomie des femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales et leur droit au consentement préalable, libre et éclairé (FPIC), à l’autodétermination et à une procédure régulière, comme le prévoient les lois nationales et internationales.
    • Contribuer à l’autonomisation et à l’autodétermination des femmes en soutenant les initiatives et les entreprises de subsistance dirigées par des femmes.
    • Renforcer les capacités pour s’assurer que les femmes connaissent et comprennent leurs droits et aient confiance dans leurs capacités à négocier au sein et en dehors de leurs communautés.
    • Créer des espaces inclusifs de dialogue et de planification économique aux niveaux international, national et local où les femmes peuvent analyser et communiquer les structures de la violence et de la discrimination fondées sur le genre et proposer des mécanismes de prévention.

Pour s’assurer que les fonds aillent directement aux organisations de femmes et à ces initiatives, nous recommandons aux bailleurs de fonds et aux alliés :

    • Donner la priorité à l’allocation de fonds spécifiques aux organisations de femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales, à leurs entreprises de subsistance, à leurs initiatives économiques et à leurs programmes de droits humains et fonciers.
    • Consacrer des fonds au développement des capacités organisationnelles et des systèmes administratifs des femmes, afin d’établir clairement les voies futures qui leur permettront de garantir des ressources durables.
    • Adapter les approches de financement qui utilisent une approche ascendante pour le financement climatique intégrant la dimension du genre, et créer des cadres de suivi pour l’adaptation, la résilience et l’atténuation du climat informés par les expériences des femmes dans l’accès et la gestion de ces fonds.
    • Engager un dialogue direct avec les femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales pour s’assurer que cette approche ascendante reconnaisse leur leadership, leur savoir-faire et leur vision.
    • Créer des espaces de dialogue et de collaboration permanents entre les gouvernements, les bailleurs de fonds, les OSC, les organisations de femmes et les groupes locaux de plaidoyer.
    • Accorder la priorité aux réformes législatives et politiques sensibles au genre et conformes, notamment, la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW).
    • Ouvrir de nouvelles lignes de financement pour soutenir le rôle des femmes en tant que défenseurs et leaders de première ligne des droits à l’environnement, à la terre et à l’eau, et garantir que le financement ainsi que les mécanismes de réparation des griefs assurent leur protection à long terme et le renforcement de leurs capacités.
    • Reconnaître la diversité ethnique et culturelle des femmes autochtones, afro-descendantes et des communautés locales et respecter leur expertise et leurs expériences ancrées dans la culture. Soutenir les rôles essentiels que les femmes jouent dans leurs communautés en tant que partenaires égaux dans la lutte pour la justice climatique.
    • Les bailleurs de fonds doivent motiver les gouvernements et les agences de mise en œuvre à assurer la représentation et la protection des femmes dans les réformes en cours, en améliorant le suivi et les évaluations d’impact et en canalisant les fonds.

Lisez l’appel à l’action en français, anglais, espagnol, portugais ou bahasa Indonesia. Pour tout commentaire ou question, veuillez contacter Omaira Bolaños.

Consultez la liste de toutes les organisations qui ont signé l’appel à l’action ici. Partagez avec vos réseaux en utilisant le kit d’outils pour les médias sociaux.

 

Vous souhaitez recevoir des notifications sur les nouveaux articles du blog ? Abonnez-vous au Blog: La terre écrit pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception.

Abonnez-vous à ce blog
Pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception
Abonnez-vous maintenant
Abonnez-vous à la liste de diffusion de RRI
Pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception
Abonnez-vous maintenant
Abonnez-vous au résumé de la justice de genre
pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte de réception
Abonnez-vous maintenant