Histoire de RRI

L’injustice historique de l’échec du gouvernement à reconnaître et à respecter les droits humains, civils et politiques des peuples autochtones, des communautés locales et des Afro-descendants a longtemps miné la culture, la survie, le développement et la dignité non seulement de ces communautés, mais aussi de leurs pays et du monde entier. Ces abus ont entraîné une dégradation généralisée de l’environnement et des conflits violents entre les communautés et les acteurs extérieurs qui menacent leurs terres et leurs moyens de subsistance. Malgré l’ampleur des souffrances et des préjudices, ces questions ont longtemps été ignorées par la communauté internationale du développement, jugée trop politique pour son intervention. Bien que la résistance locale ait été généralisée et que les organisations autochtones et communautaires aient gagné en force et en pouvoir politique, jusqu’aux années 1990, seules quelques petites organisations internationales étaient activement engagées dans le soutien de ces organisations locales et de leurs programmes. Certains acteurs de la communauté internationale du développement étaient conscients que le manque de respect pour ces populations et leurs droits fonciers coutumiers étaient les principaux moteurs de la déforestation, de la pauvreté rurale, de l’échec de la conservation et des conflits, mais ils étaient sceptiques quant à la possibilité pour les organisations internationales d’intervenir de manière à aider les acteurs locaux à corriger les injustices et à obtenir des changements majeurs et transformationnels des lois et des politiques au niveau national.

À partir de 2000, Forest Trends et le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) ont commencé à collaborer avec les champions des organisations de recherche et des agences gouvernementales chinoises. Cette collaboration a finalement conduit le gouvernement chinois à faire avancer les réformes de la tenure forestière dans tout le pays, renforçant les droits de centaines de millions de personnes et conduisant à une réduction de la pauvreté et à une augmentation de la reforestation. Cette expérience a donné confiance dans le fait qu’une collaboration stratégique entre les activistes internationaux, les chercheurs et les champions locaux pourrait permettre de réaliser des réformes de la tenure à grande échelle et de portée mondiale, et que ces réformes permettraient effectivement de réaliser des progrès majeurs en matière de développement, de conservation et d’objectifs climatiques. À peu près au même moment, Forest Trends a publié une analyse inédite de la tenure forestière mondiale qui a montré que les peuples autochtones et les communautés locales avaient des droits formels sur 22 % des forêts des pays en développement, et que ce chiffre avait à peu près doublé au cours des 15 années précédentes. Il a également démontré que cela ne représentait encore qu’une partie des revendications légitimes des peuples autochtones et des communautés locales, et a identifié les possibilités d’accroître encore cette reconnaissance. Ces conclusions ont surpris les secteurs forestier et foncier, ont donné un certain espoir de progrès plus importants et ont établi une base de référence pour que tous puissent suivre ces progrès.

L’Initiative pour les droits et ressources (RRI) a été créée en 2005 pour tirer parti de ces acquis et catalyser une plus grande coordination stratégique entre les organisations afin de soutenir la reconnaissance des droits sur les terres forestières des communautés locales, des peuples autochtones et des Afro-descendant, de remédier aux injustices historiques et de contribuer à la transformation des zones rurales dans le monde entier. Le Groupe des droits et ressources (RRG) a été créé pour coordonner la coalition.

Il a été créé par les dirigeants de Forest Trends, du Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR), de l’Union mondiale pour la nature (UICN), du Centre régional de formation en foresterie communautaire pour l’Asie et le Pacifique (RECOFTC) – le Centre pour les peuples et les forêts, de l’ACICAFOC (Association de coordination des peuples autochtones et des paysans d’Amérique centrale pour l’agroforesterie communautaire) et de la Fondation pour le développement des peuples et des communautés (FPCD). Ces dirigeants ont développé l’ensemble original de règles et la structure de gouvernance de RRI. Au fil des ans, la composition de la coalition et sa structure ont fluctué en fonction de l’intérêt et des opportunités. Pour en savoir plus sur la coalition actuelle de RRI, cliquez ici, et pour lire le dernier protocole d’accord de RRI, cliquez ici.