Engagement du secteur privé

Des entreprises et investisseurs progressistes s’engagent aujourd’hui publiquement à respecter les droits communautaires dans leurs activités, mais la mise en œuvre de ces engagements reste souvent inégale et opaque. La demande en terres s’accentue et bien peu est fait pour assurer la tenue de ces engagements, et les populations locales continuent de se voir marginalisées, face à des menaces croissantes.

Les peuples autochtones, Afro-descendants et communautés locales occupent et administrent plus de 50% des terres de la planète, mais les gouvernements ne leur reconnaissent formellement de droits de propriété que sur 10% de ce vaste territoire. Et à mesure que les investisseurs et entreprises visent des zones rurales de plus en plus reculées en quête de terrains où développer leurs activités agroindustrielles, d’exploration pétrolière et gazière, d’infrastructures et d’implantation d’énergies renouvelables, ils se trouvent de plus en plus en conflit avec les communautés sur les territoires ainsi disputés. Ces litiges ne mettent pas seulement en péril les droits et les moyens de subsistance des communautés locales, Afro-descendants et autochtones, et des femmes au sein de ces communautés ; ils constituent également une menace pour les entreprises et investisseurs car leurs projets s’enlisent dans des conflits longs et coûteux pouvant aller jusqu’à des interruptions d’activités, des investissements bloqués, voire l’abandon pur et simple des projets engagés.

Face au coût financier et opérationnel de plus en plus évident de cette insécurité des droits fonciers communautaires –le désormais célèbre « risque foncier »–, quelques entreprises et investisseurs d’envergure mondiale se sont engagés à tenir compte des droits fonciers dans leurs activités. Toutefois, la mise en œuvre de ces engagements tout au long de chaînes d’approvisionnement tentaculaires s’est avérée pour le moins difficile.

RRI travaille à faciliter l’action du secteur privé en faveur des droits fonciers :

  • En guidant le Groupe Interlaken, un réseau informel de dirigeants d’influents entreprises, institutions financières, OSC, gouvernements et organisations internationales, engagé dans l’expansion et la mobilisation de l’action privée pour la sécurisation des droits fonciers communautaires ;
  • En produisant des analyses qui quantifient les coûts réels du risque foncier suivant les régions et les secteurs ;
  • En réunissant les parties prenantes du secteur privé, des autorités publiques et de la société civile aux niveaux mondial et national pour promouvoir l’échange d’expériences et d’apprentissages dans l’atténuation du risque foncier ;
  • En identifiant les façons dont ces parties prenantes peuvent soutenir des modèles économiques d’initiative communautaire comme autant d’alternatives à des acquisitions foncières à grande échelle.

Groupe Interlaken

Le Groupe Interlaken est un réseau informel de dirigeants d’influents entreprises, institutions financières, OSC, gouvernements et organisations internationales.. Leur but est d’élargir et de mobiliser la capacité d’action du secteur privé en faveur de la sécurité des droits fonciers communautaires. Ensemble, ces hauts représentants élaborent, adoptent et diffusent de nouveaux outils et promeuvent des mécanismes « pré-concurrentiels » dans l’optique d’accélérer l’apprentissage du secteur privé en matière de pratiques foncières responsables. En savoir plus sur le Groupe d’Interlaken.

Récapitulatif des ressources citées :

Voir plus d’analyses RRI