Les postes de membres associés de RRI sont honorifiques et permettent une collaboration à long terme avec des personnalités éminentes qui ne font pas partie des institutions partenaires de RRI.

Membres associés actuels de l’Initiative des droits et ressources

  • Alain Diouf
  • Doris Capistrano
  • Hans Gregersen
  • Humberto Campodonico Sánchez
  • Leticia Merino
  • Luiz Carlos Joels
  • Madhu Sarin
  • Margarita Florez
  • Owen Lynch
  • Paul De Wit
  • Phil René Oyono
  • Sally Collins
  • Xu Jintao
  • Yemi Katerere
M. Alain Diouf est actuellement Consultant Chef de Mission du Projet Mise à Disposition Accélérée du Foncier du Plan Sénégal Emergeant (PSE). Récemment il a été consultant principal pour la réforme agraire du Sénégal. Il travaille depuis des décennies sur le développement durable, les questions liées aux régimes et réformes de la tenure, ainsi que dans les domaines de l\'agro-industrie et de la gestion des ressources en eau. Au cours de sa carrière, il a travaillé sur les questions de propriété foncière pour le gouvernement sénégalais, mais aussi pour le Millennium Challenge Corporation au Sénégal, la société américaine ARD Inc., USAID, et dans le secteur privé dans différents cabinets d\'avocats. Par ailleurs, il a travaillé sur les droits fonciers et les questions liées à la tenure au Burkina Faso, au Bénin, en Côte-d\'Ivoire et au Mozambique. Alain Diouf a également été professeur invité à l\'Université Cheikh Anta Diop, à l’Université internationale HECI et à l\'Université Bourguiba, toutes localisées à Dakar (Sénégal), ainsi qu’à l\'Université Catholique Internationale pour l\'Afrique de l\'Ouest d’Abidjan (Côte d\'Ivoire). Alain Diouf a reçu sa licence et son master de l\'Université Cheikh Anta Diop (en 1990 et 1992, respectivement) et son diplôme de troisième cycle (l’équivalent du doctorat) dans la même université en 1995. Il est membre associé de RRI depuis 2016.
Dr. Doris Capistrano est conseiller principal pour le Partenariat ASEAN-Suisse portant sur la sylviculture sociale et le changement climatique (ASFCC pour ses sigles en anglais) et est Senior Fellow du Centre régional de l'Asie du Sud-Est pour les études supérieures et de la recherche en agriculture (SEARCA). Elle a été directrice des forêts et de la gouvernance au Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR pour ses sigles en anglais). Elle est professeur invité en politique appliquée aux forêts et à la conservation à l'Université de Wageningen. Elle a servi comme représentante adjointe de la Fondation Ford pour l'Inde, le Népal et le Sri Lanka, et a été agent de programme pour la pauvreté rurale, les ressources et l'environnement au Bangladesh. Elle a également travaillé en tant que chercheur postdoctoral en conservation et développement tropical à l'université du centre de la Floride pour les études latino-américaines, et a été instructeur en économie à l'Université des Philippines à Los Banos. Elle a un doctorat en Économie Alimentaire et des Ressources de l'Université de Floride, Etats-Unis. Dr. Capistrano a été impliquée dans un certain nombre d'initiatives internationales. Elle a été co-présidente du Groupe de travail sur les évaluations régionales et membre du Groupe technique Evaluation du Millenium des Ecosystèmes des Nations Unies (MA). Elle a siégé au sein d’organismes et de comités consultatifs internationaux, dont le Comité scientifique de DIVERSITAS et le Comité directeur du Fonds pour les programmes forestiers nationaux de la FAO. Elle a été présidente du conseil d'administration fondateur de l’Initiative des Droits et Ressources (RRI pour ses sigles en anglais), et a été un membre du Conseil de l'association internationale pour l'étude des biens communs (IASC pour ses sigles en anglais) et membre du comité de rédaction de la Revue internationale pour les biens communs. Elle a été membre du Comité consultatif du Congrès forestier mondial 2015 et du Comité exécutif de la Commission des forêts de la FAO en Asie-Pacifique. Elle est présidente du conseil d'administration de RECOFTC, le Centre pour les personnes et les forêts. Dr. Capistrano a publié des articles, chapitres de livres et de documents techniques et a co-édité plusieurs livres, y compris « La politique de la décentralisation », « Leçons de la décentralisation forestière » et « Combler les systèmes d’échelles et de connaissances. » Elle est membre associée de RRI depuis 2016.
Hans Gregersen est professeur émérite du College of Natural Resources et du département d’économie appliquée de l’université du Minnesota, où il a intégré la faculté en 1970. Il a travaillé au sein du comité technique consultatif du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), de 1991 jusqu’à sa retraite en 2006. Plus récemment, il a dirigé une évaluation des progrès du World Agroforestry Centre concernant la mise en œuvre des recommandations de son plus récent programme externe et examen de la gestion. En 2006 et 2007, il a mené une évaluation du programme forestier mondial de la FAO dans le cadre de la plus importante évaluation externe indépendante de la FAO. Ses travaux techniques traitent de questions politiques et économiques relatives aux ressources naturelles et à l’environnement, avec un accent particulier sur la gestion intégrée des bassins versants, la gestion de l’eau et des forêts et les politiques qui s’y rattachent, l’agroforesterie et le développement durable. Il a travaillé sur ces questions avec de nombreuses institutions internationales, y compris en tant qu’employé de la FAO et en tant que consultant de longue durée de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement et de la Banque asiatique de développement. En 2000 et 2001, il a siégé au Comité consultatif de la Banque mondiale pour l’évaluation de la politique forestière de la Banque. Il a mené de nombreuses études et publié plus de 180 ouvrages sur les politiques des ressources naturelles, l’économie, l’évaluation, la sylviculture, la gestion des bassins versants, le développement durable, l’agroforesterie et la sylviculture sociale.
M. Humberto Campodonico Sanchez est un ingénieur industriel et a une maîtrise en développement économique de l'Université Panthéon-Sorbonne. Il travaille actuellement en tant que professeur à la Faculté d'économie de l'Université nationale de San Marcos. Il a été lié au Centre d'études et de promotion du développement (DESCO pour ses sigles en espagnol) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes, en tant que chercheur depuis 1984 et en tant que consultant en 2001 et 2002 respectivement. Depuis 2002, il est chroniqueur en chef du journal péruvien La República. En 2010, il a été élu doyen de la faculté d'économie de l'Université San Marcos. Entre juillet 2011 et décembre 2012, il a été président de Petroperú. Humberto a travaillé avec RRI depuis 2013 dans le but de promouvoir la coalition au Pérou, en Amérique latine et dans le monde. Il a écrit des livres et des articles portant sur la privatisation, le secteur public, les hydrocarbures et les réformes de l'Etat. Il est membre associé de RRI depuis 2016.
Leticia Merino a une formation en psychologie sociale, en sociologie, en études portant sur la population et le développement, en anthropologie sociale et environnementale et en études forestières. Depuis plus de 30 ans, elle a travaillé dans le domaine des études rurales, avec les communautés forestières et les associations communautaires. Ses recherches ont porté sur la gouvernance forestière, la sylviculture durable, les droits fonciers et la propriété, les forêts et les politiques de conservation. Elle enseigne actuellement à l\'Université nationale du Mexique (UNAM) dans le programme d\'études supérieures des sciences sociales et politiques, et écologie. Elle a été professeur invité à FLACSO-Guatemala, Universidad del Valle de Guatemala, El Colegio de Mexico, l\'Université McGill, l\'Université du Manitoba et le Collège de San Luis, Mexique. De 2013 à 2015, elle a été présidente de l\'Association internationale pour l\'étude des biens communs (IASC pour ses sigles en anglais). Elle a été consultante auprès de la Fondation Ford, CONABIO, le Congrès du Mexique, de la FAO et de la Banque mondiale. En 2003, elle a reçu le prix pour les études agraires du Ministère de la réforme agraire du Mexique, en 2006, le plus haut niveau du Système national des chercheurs, et en 2008, le Prix de la contribution exceptionnelle à la connaissance et l\'utilisation de la biodiversité au Mexique de la Commission nationale pour la biodiversité et l\'Université de Jalisco. Elle est membre associé de RRI depuis 2016.
Dr. Luiz Carlos Joels est un ingénieur forestier expérimenté avec un doctorat en géographie. Il a travaillé pendant plus de 30 ans dans l'Amazonie brésilienne sur les questions liées aux forêts, aux communautés traditionnelles, l'environnement, le développement rural, la science et la technologie. Auparavant, il a travaillé avec la Société de vulgarisation agricole de l'Etat d'Amazonas, le Fonds mondial pour la nature, l'Institut brésilien de recherche sur l’Amazonie, le ministère de l'Environnement, le ministère de la Science et de la technologie et le Service forestier brésilien, où il a servi en tant que directeur. Dr. Joels a également participé à des conseils nationaux sur l'environnement, les forêts, la biodiversité, l'Agenda 21 et le contrôle de la déforestation. Il vit Actuellement à Rio de Janeiro où il travaille comme consultant indépendant et bénévole avec des ONG en Amazonie. Il a participé à plusieurs efforts de plaidoyer au niveau international avec l’Initiative des Droits et Ressources (RRI pour ses sigles en anglais), et participe activement au réseau MegaFlorestais qui permet de travailler avec les membres des organismes forestiers publics pour réformer la réglementation forestière. Il est membre associé de RRI depuis 2016.
La biographie de Madhu Sarin sera publiée prochainement.
Margarita Florez est avocate spécialisée en droit de l’environnement, dans des domaines tels que la Convention sur la diversité biologique (CDB), la politique forestière et les régimes fonciers collectifs afro-descendants et autochtones. Elle est actuellement directrice de l’Asociación Ambiente y Sociedad (AAS), une organisation non gouvernementale dédiée à la promotion et à la défense des droits de l’homme et des droits environnementaux. Elle est collaboratrice de RRI pour l’Amérique latine depuis 2010. Margarita a plus de 30 ans d’expérience dans la région latino-américaine durant lesquels elle a promu des réformes novatrices et fondamentales des politiques environnementale, forestière et foncière. Elle a dirigé des processus d’examen et de suivi de la mise en œuvre d’accords internationaux relatifs aux droits humains et environnementaux, lesquels ont contribué à la participation de la société civile et des organisations communautaires dans la prise de décision liée aux droits fonciers et environnementaux collectifs. Dans les années 80, elle a accompagné la consolidation de l’organisation autochtone régionale du Sud de la Colombie et a été conseillère pour ses projets de mise en valeur des terres incultes. Lors de l’élaboration de la nouvelle Constitution de la Colombie en 1991, Margarita a été conseillère et a promu l’inclusion des questions de droit de l’environnement et de la propriété collective pour les Afro-descendants. Elle a également soutenu la participation de dirigeants autochtones dans le processus constitutionnel. Elle a travaillé en étroite collaboration avec les deux premiers sénateurs autochtones de la Colombie pour soutenir leur appui à des lois sur la gestion des ressources naturelles et les droits des peuples autochtones. Elle a été l’avocate du réseau national de parcs et d’aires protégées et a produit le premier projet de norme de certification forestière de la Colombie. Margarita a apporté sa connaissance approfondie des questions environnementales et des droits y étant liés en tant que représentante et observatrice de la société civile dans la mise en œuvre de la CDB. Elle a également exercé cette fonction au sein de la Banque interaméricaine de développement. Elle a été membre du conseil d’administration du Third World Network (Malaisie) et de l’Instituto del Tercer Mundo (Uruguay), membre du Crucible Group II organisé par le International Development Research/International Plant Genetic Resources Institute/Dag Hammarskjöld Foundation et membre du groupe sur la réinvention de l’émancipation sociale à l’université de Coimbra (Portugal). Elle est auteure et co-auteure de plusieurs livres et de nombreux articles, y compris des études sur les impacts sociaux et environnementaux de l’exploitation du charbon à grande échelle. Actuellement, elle mène une étude régionale pour RRI sur les impacts de l’industrie extractive sur les territoires collectifs et les forêts en Amérique latine.
Owen J. Lynch etait professeur invité à l’Ecole de droit de l’Université des Philippines. Auparavant, il a travaillé comme avocat principal et directeur général du Programme Loi, Communautés et droits de l’Homme et environment au Center for International Environmental Law (CIEL) à Washington, DC, (1997-2006) et un associé principal au World Resources Institute (1990-1996). Il a enseigné à l’Ecole de droit de l’Université des Philippines (1981-88), et à l’université Johns Hopkins School of Advanced International Studies (1991-2006). Lynch a été activement engagé depuis trois décennies dans la promotion des carrières en droit d’intérêt public en Asie, en Afrique et dans le Pacifique. Son objectif de fond porte sur la justice environnementale, le droit et le développement durable, et son expertise particulière est sur les droits de propriété communautaires et leur reconnaissance juridique en droit national et international. Il etait membre du conseil exécutif de l’Association internationale pour l’étude de la Chambre des communes (IASC) (1998-2011). Lynch est l’auteur de nombreux articles scientifiques portant sur les communautés autochtones et locales, l’histoire juridique et les droits de propriété communautaires. Lynch a obtenu une licence cum laude de l’Université St. Johns (Minnesota) en 1975, un doctorat en droit de l’Université catholique d’Amérique en 1980, et une maîtrise en droit et docteur en droit avec mention de l’Université de Yale en 1985 et 1992. Sa thèse de doctorat a été intitulé “Héritages coloniaux dans une République Fragile: une histoire foncière des Philippines et formation de l’Etat axé sur le régime premier des USA (1898 - 1913),” et a reçu le prix Ambrose Gherini (droit international) de l’Université de Yale en 1992.
Paul De Wit est un expert des réformes foncières, fort de plus de 30 ans d’expérience professionnelle sur l’analyse de la politique foncière et les processus de réforme dans 20 pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Europe. Il a obtenu une licence en agronomie et un Master en sciences des sols tropicaux de l’université de Gand en Belgique. Il a travaillé avec de nombreuses organisations, y compris la FAO, l’UE, le DFID, USAID, la MCC, la Banque mondiale, ONU-Habitat, le PNUD et l’Initiative des droits et ressources, entre autres. Son travail a fourni aux campagnes de défense des droits communautaires et des populations les plus démunies des outils essentiels, et ses analyses ont contribué à des réformes juridiques et politiques importantes dans plusieurs pays. De Wit a travaillé avec RRI sur plusieurs projets. Il a notamment effectué une évaluation de la mise en œuvre du cadastre et de l’enregistrement des terres communales au Guatemala, a mené une mission exploratoire destinée à évaluer les politiques foncières et forestières des paysages au Libéria et en République démocratique du Congo. Actuellement, Paul dirige un groupe de recherche travaillant sur l’étude de référence de RRI relative aux régimes fonciers en République démocratique du Congo. L’approche directe et pratique de De Wit et l’excellence jamais démentie de son travail de terrain ,couplés à des postes influents en tant que conseiller pour les programmes des Nations unies et de la Banque mondiale, apportent de nouvelles idées, du bon sens opérationnel et donnent plus de poids au travail de RRI à de multiples niveaux.
Phil René Oyono est sociologue des ressources en milieu rural et naturel, avec une expérience de longue date dans l’analyse des politiques et de la théorie sociale en Afrique centrale. Ses recherches portent sur des questions telles que la gouvernance des ressources naturelles, les conflits, le changement institutionnel, l’action collective, la gestion collaborative et d’autres aspects sociaux de la gestion forestière et environnementale, dans le but de diffuser des connaissances pour améliorer les politiques portant sur les ressources naturelles et les stratégies de résolution de problèmes. En plus de ses contributions à RRI, René a mené des recherches et des analyses pour des institutions de premiers plans tels que le CIFOR, WRI et USAID. Il dirige actuellement un programme de recherche en Afrique centrale sur les effets de la mise en œuvre du programme REDD sur la démocratie locale avec le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA pour ses sigles en anglais) et l’Université de l’Illinois. Il est membre associé de RRI depuis 2011.
Sally Collins a été la première directrice du Bureau des marchés environnementaux du Département de l’agriculture des États-Unis (USDA). Elle a pris sa retraite en août 2010. Le Bureau des marchés environnementaux continue à jouer un rôle déterminant dans la promotion de marchés pour les services rendus par les écosystèmes via les exploitations agricoles, les forêts et les ranchs du pays. En tant que directrice, Collins a soutenu le Secrétaire de l’USDA dans le cadre du développement de lignes directrices fondées sur la science ainsi que du développement d’infrastructures nécessaires à la création de marchés pour le carbone, la biodiversité et l’eau. Collins a travaillé plus de 25 ans dans le domaine de la gestion des ressources naturelles : pendant 20 ans, sur le terrain, en tant qu’experte forestière, puis à Washington DC où elle s’est installée. Elle a été directrice de la forêt nationale de Deschutes qui s’étend sur 6 475 km2, son dernier poste sur le terrain. Plus récemment, elle a été directrice adjointe du Service forestier des États-Unis et a partagé des responsabilités avec le directeur pour la gestion de l’ensemble des 155 forêts et prairies nationales, fournissant un appui aux terres tribales, étatiques et privées, ainsi qu’à la supervision du Bureau des programmes internationaux. Elle a également été responsable d’une organisation de plus de 40 000 employés et d’un budget de plus de cinq milliards de dollars. Durant sa gestion, le Bureau des programmes internationaux a doublé de taille en raison d’un partenariat avec USAID, partenariat qui reconnaît le lien entre protection des forêts et bien-être humain. En tant que responsable de ce Bureau, Collins s’est rendue dans plusieurs pays afin d’établir des partenariats à long terme. Elle a travaillé avec le Gabon sur la création de zones protégées et a participé à la création du partenariat du Bassin du Congo. Elle a également travaillé sur la traçabilité des grumes et sa mise en application à Madagascar, la régénération des forêts au Vietnam, les régimes fonciers et la gouvernance en Chine (un pays qui vient de conclure de grandes réformes foncières dans le secteur forestier). Collins travaille actuellement avec l’Initiative des droits et ressources (RRI) pour aider les plus grands pays forestiers du monde à mettre en place des lois et des dispositions relatives à la sécurité des régimes fonciers pour leurs terres boisées. Depuis six ans, elle est co-présidente de Megaflorestais, une organisation créée pour mettre en relation de manière informelle les hauts responsables forestiers du monde. Le groupe a échangé et promu les questions relatives aux changements climatiques, la déforestation, l’exploitation forestière illégale, les marchés de la REDD et autres marchés associés (y compris le Fonds pour l’Amazonie), ainsi que les questions liées aux régimes fonciers et à la gouvernance, lesquelles sont essentielles à la protection des forêts et à la lutte contre la pauvreté. En octobre 2010, elle a co-organisé une rencontre entre les responsables forestiers mexicains et brésiliens dans le Montana sur le thème « Repenser la réglementation forestière à l’échelle internationale ». De plus, elle travaille avec RRI sur un plan plus général pour soutenir nos efforts de réformes des régimes fonciers et de la gouvernance associées à la REDD+ et à la mise en place des aires protégées dans le monde. Collins a reçu plusieurs récompenses et est reconnue pour son travail. Elle a été désignée bénéficiaire des conférences Starker (Starker Lectures) de l’Oregon State University en mai 2013, ainsi que du prix du partenariat Stan Adams (Stan Adams Partnership Award) de 2010 de l’Association nationale des forestiers d’État. Elle a siégé à un comité consultatif pour le programme international de sylviculture de l’université de Yale et a donné de nombreuses conférences à l’échelle nationale et internationale sur le changement climatique, la REDD, la gestion des forêts, les marchés de carbone et autres services écosystémiques. Sa plus grande fierté est d’être reconnue par les communautés dans lesquelles elle a travaillé en tant que personne qui implique réellement les membres des communautés dans la prise de décision et qui possède la capacité à mettre en place des partenariats inédits pour atteindre les objectifs fixés. Elle a obtenu une licence-ès-sciences de l’université du Colorado et un Master en sciences politiques et en gestion des ressources naturelles de l’université du Wyoming.
Dr. Jintao Xu est professeur d\'économie et directeur du Centre de la Chine pour l\'énergie et le développement (CCED pour ses sigles en anglais), École nationale de développement à l\'Université de Pékin depuis septembre 2013. Avant cela, il a travaillé comme chef de département et professeur au Département de la gestion de l\'environnement, Collège des sciences de l\'environnement et en génie, Université de Pékin en 2006 et 2012. Ses travaux de recherche couvrent différentes thématiques telles que la tenure forestière et la réforme réglementaire, le carbone forestier et l\'allocation des ressources en eau, le transport, et l\'évaluation de la performance industrielle en vertu de la réglementation environnementale. Ses travaux académiques ont été publiés dans Ajae, World Development, Land Economics, Ecological Economics, Forest Policy and Economics, et Environment and Development Economics. Actuellement, il travaille en tant que rédacteur en chef adjoint de Ajae, rédacteur en chef de « Regional Environmental Changes » et au sein du Conseil politique de « Environment and Development Economics. » Xu Jintao dirige également le programme d’économie environnementale de Chine (EEPC pour ses sigles en anglais), basé à l\'Université de Pékin, l\'un des six centres mondiaux parrainés par SIDA. Avec EEPC, il travaille au renforcement des capacités pour mener une analyse économique rigoureuse des politiques portant sur les ressources naturelles et environnementales de la Chine. Xu Jintao a souvent été impliqué dans des consultations politiques avec le gouvernement national et les organisations internationales. Durant la période 2000-2004, il a été coordinateur du groupe de travail pour la sylviculture et les prairies pour le Conseil chinois pour la coopération internationale pour l\'environnement et le développement (CCICED pour ses sigles en anglais), et a aidé à formuler des conseils au gouvernement chinois sur les politiques afin d\'améliorer la mise en œuvre des programmes de restauration écologique en Chine. Récemment, il a servi comme expert principal du programme de gestion du carbone forestier en Chine. Il est membre du Think Tank pour la Politique forestière Asie-Pacifique pour la FAO, membre du Conseil des conseillers scientifiques, de l’Institut mondial pour l\'adaptation, ainsi que membre du Groupe d\'experts pour le Partenariat mondial sur l\'océan. Il a également participé au Dialogue biannuel sino-américaines économiques (Track II) organisé par le Conseil national des relations sino-américaines et l\'Université de Pékin. Xu Jintao a reçu son master en économie en 1996 et un doctorat en foresterie (en économie des ressources naturelles) en 1999, à Virginia Tech. En 1988, il a obtenu son Master en sciences agricoles en économie forestière à l\'Université forestière de Beijing. En 1984, il a obtenu sa Licence en génie à l\'Université de Jilin of Technology. Il est membre associé de RRI depuis 2009.
Yemi Katerere est un scientifique indépendant qui travaille avec le bureau régional de l'Afrique WWF, en soutenant le renforcement des bureaux de pays en Afrique, y compris Madagascar. Auparavant, il a occupé divers postes de haut niveau, tels que chef de la direction de la Commission des forêts du Zimbabwe, chef du bureau régional de l'UICN pour l'Afrique australe et le directeur général adjoint du Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR). En 2009, il est devenu le chef du secrétariat du Programme ONU-REDD. Occupant cette position, il a été étroitement impliqué dans la coordination de la collaboration entre les organismes partenaires de l'ONU-REDD afin de diriger la planification stratégique. Katerere a siégé des organismes à but non lucratif et les conseils du secteur privé, y compris à titre de président du conseil ICRAF d'administration, en tant que directeur non-exécutif de la Wattle Company, président de ZERO, un réseau régional d'experts de l'environnement, et président du Panel  du Programme de surveillance du système agricole aquatique. Katerere est un forestier de formation et est titulaire d'un doctorat en ressources forestières de l'Université de l'Idaho et a publié de nombreux articles. En reconnaissance pour sa contribution à la foresterie et le développement, il a reçu le Prix de la Reine du Commonwealth en 1993.