array(2) {
  [0]=>
  array(2) {
    ["description"]=>
    string(2) "es"
    ["url"]=>
    string(90) "https://rightsandresources.org/wp-content/uploads/2019/07/Governance-Brief_RRI_es_2019.pdf"
  }
  [1]=>
  array(2) {
    ["description"]=>
    string(2) "fr"
    ["url"]=>
    string(96) "https://rightsandresources.org/wp-content/uploads/2019/08/Governance-Brief_RRI_Apr-2019_FR-2.pdf"
  }
}
Télécharger

Renforcer les droits des femmes autochtones et rurales dans la gouvernance des terres communautaires: Dix facteurs de réussite

Auteur: L’Initiative des Droits et Ressources

Date: April 12, 2019

De tout temps, les injustices que subissent les femmes en matière de droits fonciers communautaires ont été monnaie courante. Elles sont généralement perpétuées par des pratiques patriarcales au sein des communautés, des normes coutumières et des législations publiques qui négligent, voire discriminent ouvertement, les droits fonciers des femmes rurales et autochtones.

S’il est vrai que de plus en plus d’hommes et de femmes remettent en question les coutumes patriarcales au niveau local et s’emploient à les transformer positivement, cette recherche montre que dans les PRFI les droits qui permettraient aux femmes de peser significativement sur les décisions qui déterminent l’utilisation, la gestion, la conservation, la distribution et la transmission des terres et des ressources communautaires demeurent insuffisamment protégés par les lois nationales.

De ce point de vue, d’encourageantes initiatives couronnées de succès ont été menées par des groupes locaux et par un large éventail d’organisations de développement, avec pour objectif de promouvoir les droits de gouvernance foncière de femmes rurales et de leurs communautés, le récit de leur progrès mettant en exergue l’autonomie des femmes, leur pouvoir et leur potentiel. Le présent rapport s’attèle au traitement de ces lacunes en identifiant les facteurs qui ont contribué au succès des initiatives locales, nationales et régionales conduites dans des PRFI pour renforcer les droits de gouvernance des femmes autochtones et rurales sur les terres communautaires.

  • Conclusions Principales
  • Analyse Connexe

Conclusions Principales

10 facteurs ayant contribué au succès d’initiatives visant à renforcer les droits de gouvernance foncière des femmes rurales et autochtones:

  1. L’engagement de la communauté dans son ensemble est essentiel pour garantir un processus large etvdurable : les processus et interventions ayant réussi leur objectif d’un changement général et pérenne sevsont attachés à renforcer le pouvoir d’action des femmes et leurs droits devgouvernance dans le cadre d’unvprocessus ininterrompu et collaboratif intégrant l’ensemble de la communauté.
  2. Engager les autorités communautaires : les projets réussis ont souvent reçu le soutien d’autorités féminines et masculines au sein des communautés.
  3. Apporter un soutien approprié du point de vue culturel : les activités réussies conduites par des organisations externes aux communautés étaient conçues conjointement avec les membres des communautés, en harmonie avec leurs normes culturelles et favorisaient en priorité leur autonomie.
  4. Reconnaître que le changement social prend du temps : les activités couronnées de succès avaient prévu suffisamment de temps pour permettre la transformation des habitudes patriarcales concernant les rôles attribués par genre, et pour laisser apparaître naturellement les changements normatifs favorables aux droits de gouvernance foncière des femmes.
  5. Mettre en valeur les apports inestimables des femmes à leurs communautés : rendre visible l’impact positif du travail des femmes sur la gestion et la conservation des terres communautaires.
  6. Démontrer les avantages à l’échelle communautaire qui découlent de la sécurisation des droits de gouvernance des femmes : les initiatives réussies ayant renforcé le pouvoir d’action des femmes bénéficiaient également à l’ensemble de leurs communautés, et étaient ouvertement présentées comme telles.
  7. Utiliser l’information pour renforcer les femmes en tant que figures d’autorité et de prise de décision au niveau communautaire : les activités réussies considéraient la transmission des informations aux femmes comme le fondement indispensable de leurs capacités d’encadrement et de prise de décisions.
  8. Établir des espaces de réunion, des activités, des réseaux ou des institutions exclusivement féminins : les initiatives réussies facilitaient autant que possible les réseaux, institutions, activités, espaces de réunion ou accords réservés aux femmes.
  9. Créer des réseaux autonomes et multiniveaux de femmes leaders : les activités réussies ont créé des réseaux de figures d’autorité féminines consacrés au tutorat et au partage d’information afin de maximiser les résultats.
  10. Construire et activer des relations stratégiques avec une variété de parties prenantes hors des
    communautés : les initiatives réussies disposaient d’une communication efficace et ont tissé des liens avec un large éventail d’acteurs externes afin d’obtenir leur soutien.

Infographie

Analyse Connexe