array(1) {
  [0]=>
  array(2) {
    ["description"]=>
    string(2) "fr"
    ["url"]=>
    string(101) "https://rightsandresources.org/wp-content/uploads/2018/03/FR_Rapport-REDD-Mai-NDombe_RRI_Mar-2018.pdf"
  }
}
Télécharger

Mai-Ndombe : le laboratoire de la REDD+ bénéficiera-t-il aux Peuples Autochtones et communautés locales ?

Auteur: Marine Gauthier

Date: mars 14, 2018

L’étude vise à évaluer, au vu des outils existants, mais également des zones d’ombre du processus REDD+, les risques et impacts cumulatifs de l’ensemble des initiatives REDD+ sur les droits et moyens de subsistance des communautés locales et des peuples autochtones. Elle a été réalisée à partir de la documentation existante sur les projets, des études menées sur terrain par l’ensemble des acteurs au cours des dernières années, et d’une série d’entretiens avec les parties prenantes de la REDD+ au Mai-Ndombe. Elle propose une cartographie de toutes les initiatives REDD+ présentes ou prévues dans la province, analyse de façon transversale les risques contextuels à travers une approche liant REDD+ et droits humains, puis évalue les impacts cumulatifs de ces initiatives dans ce contexte ainsi que les stratégies nationales et de chaque projet pour les adresser et les réduire. Elle offre ainsi une perspective sur le lien entre le cumul des initiatives REDD+ et les conflits présents à différentes échelles.

  • Conclusions Principales
  • Infographie
  • Analyse Connexe

Conclusions Principales

  1. Sécuriser les droits fonciers des communautés locales, des peuples autochtones et des femmes afin de faire des communautés locales les premiers bénéficiaires de la REDD+, et développer un plan de partage des bénéfices équitable et opérationnel pour accélérer les contributions des communautés à la réduction des émissions et à la gestion durable du territoire par le biais d’un nouveau arrêté l’homologation intégrant les CFCL.
  2. Cibler les principaux moteurs de la déforestation actuels et à venir et assurer une meilleure adéquation entre les outils législatifs disponibles (ex. : maintien du moratoire sur les concessions d’exploitation et mise en place d’un moratoire sur les concessions de conservation) et les incitatifs prévus dans le cadre de la REDD+ (ex. : captation des revenus REDD+ par les acteurs privés sans bénéfices aux communautés, tandis que les paiements basés sur les résultats ne sont pas adaptés aux projets communautaires).
  3. Finaliser et rendre opérationnels les principaux outils de gouvernance (mécanisme de recours et de rétroaction, plan de partage des bénéfices, système d’information des sauvegardes, mécanisme d’observation indépendant) et consolider la structure de coordination nationale et provinciale de la REDD+.
  4. Adopter des mesures de gestion des conflits existants pour l’ensemble de la province, et développer un système d’identification et d’atténuation des risques appuyé par la réforme foncière menant à une reconnaissance des droits des communautés, par la mise en application des sauvegardes et par le partage équitable des bénéfices.
  5. Assurer, à l’échelle locale et provinciale, une meilleure intégration des peuples autochtones et des femmes, aujourd’hui discriminés au sein des processus décisionnels de la REDD+, et offrir un soutien systématique à la participation des femmes et à la reconnaissance des droits des peuples autochtones.

Infographie

Analyse Connexe