array(2) {
  [0]=>
  array(2) {
    ["description"]=>
    string(2) "fr"
    ["url"]=>
    string(87) "http://rightsandresources.org/wp-content/uploads/French_GlobalBaseline_complete_web.pdf"
  }
  [1]=>
  array(2) {
    ["description"]=>
    string(2) "es"
    ["url"]=>
    string(89) "http://rightsandresources.org/wp-content/uploads/Spanish_GlobalBaseline_complete_web.pdf "
  }
}
Télécharger

À qui appartiennent les terres du monde ?

Un référentiel global des droits fonciers communautaires et autochtones officiellement reconnus

Auteur: Rights and Resources Initiative

Date: septembre 29, 2015

Le droit de propriété sur les ressources naturelles et les terres rurales de la planète est une source majeure de contestation partout dans le monde, contestation qui trouble les perspectives de développement économique rural et touche aux droits de l’homme et à la dignité, à la survie des cultures, à la conservation environnementale, et aux efforts pour combattre le changement climatique. On estime que les communautés détiennent près de 65% la surface terrestre mondiale par le biais de systèmes coutumiers de tenure communautaire. Cependant, les gouvernements nationaux ne reconnaissent de droits officiels et légaux aux peuples autochtones et aux communautés locales que sur une fraction de ces territoires. La reconnaissance officielle et légale des droits fonciers des peuples autochtones et des communautés locales a une importance capitale pour les communautés ainsi que pour toutes les parties prenantes au niveau national et international.

  • Conclusions Principales
  • Infographie
  • Analyse Connexe

Conclusions Principales

  • Une large proportion de territoires officiellement reconnus comme propriété ou sous contrôle des peuples autochtones et des communautés locales est concentrée sur quelques pays seulement.
  • Dans plus de la moitié des pays étudiés, les peuples autochtones et communautés locales n’ont aucun moyen officiel ou légal d’obtenir la propriété de leurs terres.
  • La superficie officiellement reconnue par la loi est bien inférieure à la superficie des territoires sur lesquels les peuples autochtones et communautés locales détiennent des droits coutumiers.

Infographie

Analyse Connexe